La Bretagne, mon histoire de coeur

Faire aujourd’hui le pari d’une éducation bilingue pour nos enfants, c’est leur donner de réels atouts pour leur épanouissement, leur développement personnel et l’apprentissage des langues étrangères.

Stéphane Gouraud - Directeur Diocésain du Morbihan, président de la Commission de Pilotage pour la Langue Régionale

Ma istor…

Ar brezhoneg a zo stag ouzh hon istor hag hor rannvro. Gwechall e oa ar brezhoneg yezh pemdeziek met goude an eil brezel bed eo bet cheñchet an traoù : muioc’h-mui a dud a rae gant ar galleg ha niver ar vrezhonegerien az ae war zigresk (evit gouzout hiroc’h, clikit amañ). Koulskoude, a-drugrarez d’ar skol dreist-holl, ez eus c’hoazh deus hor yezh hiziv-an-deiz.

 

Ainsi, depuis quelques années en Bretagne, nous sommes en présence d’une réalité nouvelle. Des parents qui, pour la plupart ne maîtrisent pas ou peu la langue bretonne, font l’acte volontaire de scolariser leurs enfants dans cette langue, le choix conscient d’un bilinguisme scolaire précoce breton-français pour leur(s) enfant(s), très souvent à contre-courant des décisions prises par leurs propres parents une génération plus tôt.

ADAM Catherine, "Elaboration d’une recherche en sociolinguistique sur les représentations parentales et leurs influences : le cas du bilinguisme scolaire breton-français du jeune enfant", La Bretagne linguistique, n° 18, Brest, CRBC, 2014, p. 36.

 

Kaout ar chañs da zeskiñ brezhoneg er skol a zo ivez un doare nevez da gaozeal ha da vont e darempred gant an dud. Tu zo d’ar vrezhonegerien reiñ ur ster nevez d’ar ger « kaozeal » : ober gant ar brezhoneg a dalv ivez kement a gemer perzh war-fed an treuskas-yezhoù ha da zerc’hel ar yezh bev.

 

Cela n’empêche que les Bretons sont quasiment unanimes à affirmer qu’il faut conserver cette langue : ils sont 89% à le penser en Basse-Bretagne et 87% en Haute-Bretagne.

BROUDIC Fañch, L’enseignement du et en breton – Rapport à Monsieur le Recteur de l’Académie de Rennes, Brest, Emgleo Breiz, 2010, p.159

 

… hon istor

Ar brezhoneg a zo al liamm etre ur bugel hag e istor, e sevenadur ha talvoudegezhioù ar vro. An anvioù-lec’h, an troioù-lavar, ar skinwell, an internet, ar skritelloù-brudañ a zo skouerioù evit diskouez pegen bras eo plas ar brezhoneg er vuhez pemdeziek. Hiziv, deskiñ ar brezhoneg a zo ivez un degouezh evit kompren istor ha sevenadur ar vro.

 

Aujourd’hui, l’enseignement du breton est une réalité. Les trois réseaux d’enseignement implantés en Bretagne le proposent. Les chiffres sont là : si l’on cumule les effectifs des trois réseaux [...] ce sont plus de 26 000 [élèves] au total qui sont concernés par cet enseignement dans les Académies de Rennes et de Nantes, de la maternelle au baccalauréat

BROUDIC Fañch, L’enseignement du et en breton – Rapport à Monsieur le Recteur de l’Académie de Rennes, Brest, Emgleo Breiz, 2010, p.168

 

Ar brezhoneg a zo ivez un doare da greñvaat al liamm gant ar rannvro, he zalvoudegezhioù hag ar vrezhonegerien : 12% an dud deuet en oad e Breizh hiziv !

 

"En apprenant une langue, on apprend aussi la culture. On apprend à parler dans un contexte linguistique et culturel différent. Les bilingues ont la capacité d’utiliser la langue avec tous les codes sociaux qui l’accompagnent. Le bilingue connait deux cultures, il a accès a deux mondes dans lesquels il s’adapte sans difficulté. « Chaque langue dit le monde à sa façon » explique le pédagogue Rudolf Steiner."

Extrait de l'article disponible à cette adresse : http://thebilingualadvantage.com/quest-ce-que-le-bilinguisme/

Daoust-hag ez eus kalz a vugale o vevañ gant meur a yezhoù ? Ur video gant DULALA