BRETAGNE - 30 années délicates pour les langues de Bretagne

17/09/2020

BRETAGNE - 30 années délicates pour les langues de Bretagne

Illustration :  Sondage TMO-Régions pour le conseil régional de Bretagne

Quand s’arrêtera la saignée des locuteurs du breton ? Dans vingt ans, trente ans ? Et à quel niveau, 100 000 bretonnants ou moins ? L’enquête sociolinguistique lancée par la Région pointe l’importance vitale de l’enseignement pour l’avenir.

Environ 207 000 locuteurs du breton (de plus de 15 ans) dans les cinq départements de la Bretagne historique : « Le résultat est inattendu. L’effet d’une nouvelle visibilité de la langue ? », s’interrogent les observateurs de l’Office public de la langue bretonne (1) à la lecture de l’enquête sociolinguistique sur les langues de Bretagne de 2018. Ce « déclaratif élevé » des personnes interrogées est-il fiable ? Pour Fulup Jakez, directeur de l’Office, il est crédible. Plusieurs enquêtes sur la pratique du breton ont eu lieu depuis les années 1970. Les résultats sont compliqués à mettre en perspective, car les panels interrogés sont à géométrie variable tant numériquement que géographiquement.

L’estimation des résultats globaux peut ainsi varier dans une même enquête. Le nombre de locuteurs pondéré au niveau Bretagne est par exemple différent de celui issu de l’addition des nombres de locuteurs pondérés par pays, car les bases sont différentes (2).

 

(1) Organisme officiel créé par l’État, les conseils régionaux de Bretagne et Pays de la Loire et les cinq conseils départementaux. (2) Pour avoir une vision complète du nombre de locuteurs il conviendrait de rajouter les moins de 15 ans qui n’ont pas été interrogés.

Extrait de l'Article du Télégramme, disponible en suivant ce lien