GUINGAMP - Collège-lycée Notre-Dame. Le breton de la sixième au bac

11/10/2019

GUINGAMP - Collège-lycée Notre-Dame. Le breton de la sixième au bac

Des élèves de CM1 et CM2 de l’école Saint-Léonard ont interprété une chanson et une saynète de théâtre en breton. (Le Télégramme/Emmanuel Nen)

C’est la nouveauté de la rentrée au collège-lycée Notre-Dame. L’établissement privé de Guingamp a complété sa filière français-breton en ouvrant un site bilingue en lycée général. « Un événement majeur », se félicite le comité de l’enseignement catholique en Bretagne.

ADN, pour apprentissage différent et novateur. C’est ainsi qu’Yvon Queromes, le directeur du collège-lycée Notre-Dame de Guingamp a qualifié l’ambition de son établissement, qui compte aujourd’hui 1 600 élèves répartis sur deux sites. « Un lycée structurant pour notre ville, qui forme énormément d’élèves et d’étudiants, et qui a la volonté d’être toujours en avant, précurseur dans ses choix de formation », abonde Philippe Le Goff, maire de Guingamp.

Depuis la rentrée de septembre, l’offre bilingue français-breton s’est étoffée avec la possibilité, pour les élèves, de poursuivre leurs études bilingues en lycée. Ils sont dix, en classe de seconde, à avoir fait ce choix-là. Le lycée Notre-Dame permettra désormais aux élèves des collèges Saint-Dominique de Guingamp et Saint-Joseph de Lannion, de poursuivre leurs études en approfondissant leurs connaissances en breton.

 

Plus de brittophones de moins de 25 ans

Cette ouverture de filière bilingue fait suite, explique Françoise Gautier, du comité académique de l’enseignement catholique en Bretagne (5 500 élèves en Bretagne, dont 4 600 dans le premier degré), « à une demande sociale forte et à la volonté des familles de poursuivre un parcours en langue bretonne ». Lena Louarn, vice-présidente du conseil régional, renchérit, chiffres à l’appui tirés d’une enquête de 2018 auprès de 8 162 habitants de la Bretagne historique : « 73 % des Bretons veulent plus d’enseignement du breton dans les écoles. La clé de la revitalisation linguistique est bien la transmission par l’école : grâce à elle, le nombre de brittophones de moins de 25 ans est en augmentation dans tous les départements ».

Pour autant, regrette l’élue régionale, « un jeune sur 32 seulement connaît la langue bretonne ». Le problème de la transmission naturelle est complexe. L’une des solutions : « Proposer une filière complète jusqu’au bac est nécessaire pour la pérennité. Continuer l’option bilingue à Notre-Dame est une bonne chose, l’effet boule de neige peut jouer ». Yannick Kerlogot, le député de la circonscription, en voit une autre, complémentaire : « La langue bretonne sera définitivement sauvée lorsque les adultes sauront qu’ils ont un rôle à jouer en apprenant le breton. Moi-même, je l’ai appris tard. C’est une langue merveilleuse, mais qui demande des efforts ».

Article extrait du Télégramme, disponible en suivant ce lien

Établissement(s) lié(s) :

Plus d'infos sur Collège Notre-Dame - Saint Dominique
Plus d'infos sur Collège Saint-Joseph
Plus d'infos sur Ecole Saint-Léonard
Plus d'infos sur Lycée Notre-Dame