LANDERNEAU - Écoles. Le privé se stabilise

01/09/2019

LANDERNEAU - Écoles. Le privé se stabilise

Séverine Cosquer (directrice), au centre, et ses collègues de Notre-Dame du Tromeur évolueront dans un environnement modifié par les travaux de sécurisation.
 

Réduite à trois établissements après la fermeture de Saint-Anne, en juin 2018, l’école primaire privée parvient à stabiliser son effectif à Landerneau. Saint-Julien conserve la plus grosse part. Saint-Nicolas et Notre-Dame du Tromeur respirent et engagent des travaux.

La décision de fermer Sainte-Anne, au terme de l’exercice 2017-2018, avait été douloureuse pour les responsables, les familles et les enfants de la petite école de la rive gauche. Avec le recul d’une année scolaire entière, elle se révèle comme un mal nécessaire qui a engendré du bien. « Malgré cette fermeture, l’effectif global du privé landernéen s’est stabilisé », observe Daniel Moign, directeur de Saint-Nicolas.

S’il abandonne la direction multisites (Saint-Nicolas et Notre-Dame du Tromeur), c’est parce que les règles de décharges ont changé à l’inspection diocésaine. Non pas en raison d’un effritement des effectifs. Au contraire, il augmente à l’école catholique de Kergreis : « Nous attendons 91 élèves à Saint-Nicolas en cette rentrée, précise-t-il. Il y en avait 88 l’an dernier ».

« On peut se permettre des travaux »

Ils se répartiront en quatre classes, dirigées par cinq enseignants, dont Bleuen Quinquis, nouvelle venue, qui prendra la classe de GS/CP et un quart de temps la CE1/CE2, en compensation de la décharge de direction de Daniel Moign.

Les plus petits prendront leurs marques dans une salle aux murs et plafonds refaits par des parents de l’Association des parents d’élèves (APE). Dans le prolongement du nouvel ameublement façonné par des élèves de la filière aménagement et finition du bâtiment de Saint-Jo, l’an dernier.

Des bouts de toiture, des gouttières ont été remplacées. La fermeture de Sainte-Anne a apporté de l’oxygène aux finances d’un groupement fonctionnant sur les dotations de l’enseignement catholique et la mobilisation des parents d’élèves : « On peut se permettre des travaux ».

Daniel Moign, directeur de Saint-Nicolas, et l’équipe pédagogique de l’école privée de Kergreis attendent 91 élèves, ce lundi, soit trois de plus que l’an dernier.

 

Notre-Dame du Tromeur : entrée sécurisée

Relèvement de latitude budgétaire encore plus visible à Notre-Dame du Tromeur. Le chantier de sécurisation de l’accès arrive à son terme. Trop proche de la circulation dense et bien souvent inconsciente de la rue d’Estienne-d’Orves, l’entrée dans l’établissement a été reculée sur le trottoir, ainsi que le mur de délimitation de la cour. Le gain de visibilité, pas seulement sur les dangers de la route, est appréciable.

Séverine Cosquer, nouvelle directrice mais enseignante à Notre-Dame du Tromeur depuis 2010, attend de voir le test grandeur nature, ce lundi matin. Autour de 100 écoliers, répartis en quatre niveaux, franchiront les nouvelles grilles. « Autant d’élèves que l’an passé », se réjouit-elle. Précédemment en poste à Saint-Nicolas, Aurélie Broustal s’adaptera vite à sa classe de GS/CP du Tromeur. Autre nouvelle enseignante, Sabine Frouin interviendra en classe de CM1/CM2 en complément de Séverine Cosquer.

Séverine Cosquer (directrice), devant, avec son équipe de Notre-Dame du Tromeur, prêtes à accueillir les élèves.

 

Saint-Julien toujours à plus de 420

Si l’enseignement primaire privé landernéen résiste bien à la baisse démographique qui affecte tant d’autres écoles en France, c’est aussi lié, en grande partie, au dynamisme de Saint-Julien. Pour sa douzième rentrée à la direction de l’établissement, Jacques Marzin attend 327 élèves en monolingue et 97 en bilingue français-breton.

« Effectif comparable à celui de l’an dernier (422 élèves, NDLR) ». Le nombre d’enseignants affiche encore plus de stabilité d’une année sur l’autre. Vingt-deux professeurs, onze AESH (Accompagnants des élèves en situation de handicap) composeront l’équipe éducative, appuyée par dix personnels administratifs et techniques. Deux nouvelles institutrices arrivent : Virginie Toullec et Florie Renouf.

Article extrait du Télégramme, disponible en suivant ce lien

Établissement(s) lié(s) :

Plus d'infos sur Ecole Saint-Julien